paysage1
paysage1
paysage1

Détail de la sortie

Retour liste
Date :
24.02.16
Lieu :
Col la Forclaz
Titre :

Pointe Ronde

Récit :
Mercredi 24 février 2016 Pointe Ronde 2702 m.
Entre 5 et 10 cm de neige fraîche, une bonne ouverture météo voilà de quoi faire une rando en podefoc en ce mercredi. Sont au rendez-vous Gérald Crivelli (chef de course), Laurence Dériaz (présidente section Chaussy), Véronique Gaudin, Léa Dupertuis, Belinda Pollock, Fiorino Mentil, Carine Durussel et Sana Pavola. Cela donne un joyeux mélange d'Argentins, Chaussy et Monte Rosa. A la Caffe (1235 m) sur la route du col de la Forclaz nous mettons les peaux et partons à 08h10 en direction de notre but du jour. Le début de la course se fait en forte pente au travers de la forêt, quelques conversions plus tard, première pause, car en une heure nous effectué 500 m de dénivelé positif. Nous laissons de côté l'alpage des Giètes et continuons notre chemin en direction du lieu-dit " Les Combes de Bovine". A 2250 m. arrêt buffet. Sana est malade mais décide quand même de poursuivre. De là en passant par Chaux de Bovine, nous nous dirigeons vers le sommet, de temps en temps un hâle de brouillard nous accompagne et disparaît poussé par un léger vent, mais rien de bien méchant et atteignons la Pointe Ronde à 2702 m. vers 11h35 après avoir avalé les 1465 m de dénivelé positif. Nous arrivons relativement ensemble et Sana courageuse nous rejoint un peu plus tard. Au loin le temps se dégrade rapidement, embrassades et photos, nous entamons la descente dans une bonne neige avec quelques rayons du soleil et de temps à autres le jour blanc. Le pic-nic se fait à l'alpage des Giètes à l'abri du vent. Pour éviter la descente dans la forêt, Gérald décide de passer par la "Combe des Faces", un couloir pentu, pas très large, parsemé de vernes et la neige mouillée voire pourrie empêche de faire un style coulé et efficace. Tout le monde est en bas après avoir souffert sur les 450 m de dénivelé négatif et certainement ragé contre le chef.
(Si, si cela n'aurait pas été normal….)
Notre groupe était multinational, un mélange de Suisses, Suédoise, Finlandaise et Anglaise.
Quelques brides de Finlandais, appris on ne sait où, ont permis à Fiorino de converser avec Sana qui ne pipait pas un mot de français.
Un bon moment passé dans le rire et la bonne humeur. Bravo et merci à tous. Gérald