paysage1
paysage1
paysage1

Détail de la sortie

Retour liste
Date :
03.08.15
Lieu :
Région Mont-Blanc
Titre :

Semaine Alpine

Récit :
"Le trois août, nous nous retrouvons le matin à l'habituel port d'Ollon, et embarquons
tous les sept dans quatre vaisseaux, direction la France. Premier arrêt: Vallorcine, où
nous posons pied à terre afin d'aller nous sustenter dans un café qui semble à court de
petite monnaie. Cet intermède terminé, nous remontons à bord de nos bateaux
respectifs, toujours sous la houlette du capitaine, le très respecté Gérald. Et nous
naviguons afin d'arriver à Chamonix, où nous, les 6 matelots, dénommés Nathalie,
Claude, Francis, Bertrand, Christophe et Saana, ainsi que notre dévoué guide,
entreprenons l'ascension d'une longue voie. Cette expédition terminée, et après un sirop
au sommet, retour aux voitures, pour aller amarrer les navires au parking du
téléphérique de l'Aiguille du Midi. Et là, surprise: nous ne sommes de loin pas les seuls
à avoir troqué notre moyen de transport habituel contre une cabine volante. Temps
d'attente moyen: 2 heures. Activité d'attente: glace et sieste au café d'à côté. Après nous
être réveillés et sortis à l'intermédiaire (et aussi après avoir apprécié les "oooooh,
aaaah!" de nos compagnons de voyage), petit topo par le capitaine sur la journée
d'après. Nous avons analysé la topographie du lieu, et surtout vu l'arête des Papillons,
exploit que nous allions entreprendre le lendemain. Puis, descente et amerrissage à la
cabane du plan de l'Aiguille, qui est en fait un vrai hôtel, et où nous avons apéritivé,
soupé et dormi comme des rois.
Jour d'après, arête des Papillons. En effet, parler d'exploit n'était pas un euphémisme:
nous avons frôlé la tempête - surtout celle spirituelle, du capitaine; nous n'avançions
peut-être pas à la vitesse prévue de 9 noeuds, mais étions un peu lents, étant donné la
vertigineuse situation et la relative difficulté de l'ascension. Puis, retour à la cabane -
hôtel récupérer le reste des affaires, et prise de la cabine pour arriver à l'Aiguille,
véritable phare dans le massif du Mont-Blanc. De là, nous avons navigué en mer calme,
certes, mais une mer moins sympathique nous y attendait: le brouillard nous a
poursuivis. Pourtant, nous sommes arrivés à bon port et en bon temps.
Le lendemain, nous avons ramé jusqu'aux pointes Lachenal, c'était sympa, c'était
tranquille, il faisait beau et chaud. Retour au bercail par une petite arête pour midi, puis,
pour ceux qui le voulaient, ascension de la voie Rébuffat, pendant que les autres
mousses se reposent au dortoir. Souper magnifique, dodo quelque peu saccadé par les
divers départs d'autres équipages.
Le jour d'après, après avoir traîné le plus longtemps possible au vestiaire de la cabane,
c'est enfin l'heure de l'apogée de la semaine: l'arête des Cosmiques. C'était vraiment
superbe, conseillée à tous ceux qui aiment un peu la grimpette, mais pas trop difficile
non plus. Et cerise sur le gâteau, l'arrivée sur la terrasse du téléphérique.
Les revoilà, nos amis Japonais (Chinois?) du premier jour! Sous une pluie
d'applaudissements et de serrages de mains et de flashes, nous sommes arrivés en
véritables héros sur la plate-forme. C'est là que nous nous sommes constitués, j'en suis
sûre, une armée de fans. Après ce bel accueil et une visite de l'impressionnant bâtiment
de l'Aiguille, redescente en cabine aux bateaux laissés à Cham', où nous avons fait nos
comptes et dit adieu, jusqu'à une prochaine aventure en haute mer."
Saana